Philo et balivernes

23 août 2015

Une histoire de physique

 

Ce qui est étonnant en physique, c'est que vous pouvez en dire n'importe quoi, à terme c'est vrai.

Pour Einstein, on a déjà vérifié cette affirmation, on va maintenant parler de Max Planck.

Max Planck, était un fieffé paresseux, ce qui a toujours été soigneusement dissimulé.

Son but était de se soustraire aux pressions de son entourage et de se cacher pour ne pas être importuné

c'est d'ailleurs pour cette raison qu'il fut surnommé Max Planque alors que son nom était Joseph Durand

A cet effet, il n'a pas hésité à imaginer une théorie physique totalement nouvelle afin de se soustraire à la vue des importuns

Il a pour cela conçu une distance ultra petite, donc facile à rejoindre avec le moindre effort, où néanmoins il serait invisible

cette distance ultra courte est en fait le dernier intervale possible avant le rien, notion dont on a parlé ici plus que de raison

il pensait partir d'un principe bien établi, on ne voit pas ce qu'on a sous les yeux car on regarde plus loin

A cette ultra courte distance, s'étalait sous nos regards aveugles tout un univers 

Et comme il s'agissait de physique, il s'est avéré que cette abération était bien réelle.

 

 

 

Posté par xiaobob à 18:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]


11 août 2015

Le milieu de nulle part

 

 

Cette formule avait un côté amusant, oui mais voilà elle est devenue à la mode

Qui ne l'entend pas au moins trois fois par jour est un sourd ou un anachorète

Aussi je me sens investi d'une mission, élucider cette anomalie topologique

Où se trouve le milieu de nulle part ?

Il faut décomposer, il y a nulle part, et il y a son milieu

Définir le nulle part nous ramène à ces fameux problèmes dont le tour n'est pas achevé

Il y a du néant et de l'infini là dedans, et certainement une bonne dose de rien

On passera là dessus, on fera en sorte de laisser croire que l'on sait

On se réfugiera dans une formule: Nulle part, c'est partout où l'on ne peut pas aller

Si nulle part est esquissé il faudra se pencher sur l'endroit qui peut être défini comme son milieu

Le milieu de l'informe est encore un emplacement difficile à déterminer

Et qu'est-ce d'ailleurs que le milieu? Le juste milieu, et juste pour qui ?

Ce qui est juste pour mon riche voisin me parait le comble de l'injuste

Le milieu, la notion semble précise,mais le milieu de nulle part c'est le comble de l'impécision

Pourquoi alors en parler tout le temps

 

 

 

Posté par xiaobob à 21:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 août 2015

Les cancrelats, les chansons tristes et la philosophie allemande

 

 

Les philosophes allemands ne sont pas connus pour avoir préché la joie de vivre

Même Nietsche, malgré le gai savoir, ne parait pas particulièrement primesautier

Nous sommes d'un pays léger, trop léger peut être, la lourdeur du vivre nous importune

D'entre les philosophe allemands, le plus sinistre est certainement Schopenhauer

Rien qu'à regarder son portrait des idées de suicide nous viennent

Et tous les jours se transforment en sombre dimanche

Gloomy sunday, comme chantait Billy Holliday d'une manière déchirante

Voici un chanson qui donne le cafard comme on dit

Pas les petites bêtes dans nos cuisines, qu'il faut éliminer sans pitié

Pas à cause de leur laideur mais parce qu'elles transmettent toutes sortes de maladies.

Gloomy sunday causa parait-il une vague de suicides

Peut être était-ce du à la crise de cette époque?

Depuis cependant on conseillerait plutôt Billy Holiday que le Prozac

C'est curieuxt quand on est cafardeux, écouter des chansons tristes redonne le moral

Billy Holiday fit plus pour l'humanité que Schopenhauer

On n'a pas de statistiques sur le nombre de suicides causés par la lecture de Schopenhauer

 

 

 

Posté par xiaobob à 17:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Philosophes allemands et blattes germaniques

 

 

D'Allemagne nous est venu une cohorte de philosophes

On ne tentera pas ici de les énumérer, on en oublierait quelques uns

Oublier un philosophe allemand, c'est un peu comme oublier d'inviter la fée Carabosse

On se fait des ennemis

Aussi, allons nous nous contenter de citer la blatte germanique

La blatte germanique n'est pas philosophe

Mais de tous les cancrelats, c'est elle qui trimballe le plus de bactéries pathogènes

Hélas, c'est celle là même qui infeste, parfois, nos cuisines et salles d'eau

Encore, diront certains, une invasion qui nous vient d'Allemagne

Ils seront dans l'erreur, ce nom est usurpé, ce cafard vient de plus loin

Et comme toutes les cochonneries viennent d'ailleurs, c'est le monde qu'il faut incriminer

Aussi devrions nous envisager de nous séparer du monde

Sauf que nous n'aurions plus de café ni de chocolat.

 

Posté par xiaobob à 08:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 août 2015

De l'indefinissable infini à l'univers des bestioles

 

 

L'infini, le rien, le vide, on passerait sa vie que l'on n'en aurait pas encore fait le tour

Pourquoi alors ne pas s'intéresser aux mondes plus proches

Plus proche de nous est en effet le monde des bestioles et presqu'aussi vaste

On aime le vaste, c'est ainsi, on ne se refait qu'à grand peine.

Et nous aborderons le monde des bestioles par la plus décriée d'entre elles: le cancrelat

Le cancrelat, aussi dit blatte et encore, cafard, ne jouit pas d'une heureuse réputation

Habitant plutôt les lieux malpropres, on incrimine l'hôte en place du tenancier

L'animal il est vrai n'est pas ragoutant, en est-il responsable ?

Il aime à courir sur les sols humides et pleins de miettes diverses

Il fuit la lumière et vous même autant qu'il le peut

Suivant la latitude où il réside, il est plus ou moins grand

Enorme en Afrique, mais rien ne nous oblige à y établir notre résidence

Il ne sent pas bon si on l'écrase, mais pourquoi donc l'écraser.

Le cancrelas est une victime, notre victime

Nous le méprisons pour nous donner bonne conscience, c'est tout.

 

Posté par xiaobob à 22:30 - Commentaires [2] - Permalien [#]


16 juillet 2015

L'espace, l'univers et l'ensemble de toutes choses qui les constitue

 

 

Une relation électronique nous incite à scruter de nouveau ces notions

Cela peut sembler redondant eut égard aux pages qui précèdent

Cependant bavarder des concepts les fait évoluer,

Sinon dans l'absolu, au moins pour soi même

A bien regarder cette brève énumération, une question a surgit

L'espace, l'univers et l'ensemble des choses constitutives ?

Ne se contiendraient elles pas l'une l'autre ?

On ne pourrait dire en effet laquelle contient l'autre ou les deux autres

On pressentirait que chaque entité contient les deux autres et elle même

Plus resséré même que la Saint Trinité

Et tout cela irait se mouvant ou ne se mouvant pas dans l'infini

Et même dans l'infini des infinis, entité ultime

Qui seule nous semblerait assez vaste et assez dimensionné

Pour que tout objet conceptuel s'y meuve ou non à son aise.

 

Posté par xiaobob à 17:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 juillet 2015

L'infini restreint

 

 

L'infini restreint est en soi une notion intéressante

On évitera toutefois de la considérer comme ayant un rapport avec l'infini mesquin

En effet, l'infini mesquin on ne sait même pas si il existe

C'est dire s'il est mesquin

Et pourtant, à ce jour l'inexistance d'un concept n'était pas des obstacles qui nous intimident

Écartant le mesquin auquel nous reviendrons un jour peut être

Nous allons nous emparer du restreint qui a ses grandeurs car c'est un concentré d'infini

Qu'est-ce alors un concentré d'infini.

Disons que c'est un infini de dimensions ordinaires, mais pour ainsi dire comprimé

Et donc en tout point de cet infini restreint, on aura une plus grande quantité d'infini normal

En réalité on aura à faire à plus d'infini que s'il n'avait pas été restreint.

Il y a là une espèce de mutation que l'esprit se représente difficilement

A infini restreint doit s'appliquer une compréhension restreinte.

Posté par xiaobob à 19:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 juillet 2015

Infini des possibles, possibilité des infinis.

 

 

Il existe au monde et au delà autant d'infinis qu'il est de possibles

Il est possible qu'il n'existe en réalité aucun infini

La réalité n'est qu'une apparence, l'apparence n'est pas la réalité

Au delà du fini il n'y a rien ou autre chose

Quelque chose et autre chose sont une seule et même chose

Toute chose se divise en autant d'infinis que l'on en peut rêver

Le rêve est sans limites, les limites brisent le rêve.

 

Posté par xiaobob à 19:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 juillet 2015

La relativité

 

 

 

Einstein a établi que la relativité dépend de l'idée qu'on s'en fait

Approximativement

C'est l'ennui avec Einstein, il embrouille tout

Il devait avoir de mauvaises notes en philosophie

Toutefois grace à lui nous sommes certains de ce dont nous avions l'intuition

Une heure chez le dentiste est plus longue qu'une heure en compagnie de sa petite amie.

Il disait aussi qu'on se déplace plus rapidement sur un parcours moins long

Surtout si l'on emprunte un moyen de transport plus performant.

Posté par xiaobob à 16:30 - Commentaires [2] - Permalien [#]

Le tout, le rien et le pas grand chose.

 

 

On a tenté déjà de faire le tour du tout et du rien

On a fait ce qu'on pouvait et pas plus

On reste dans l'incertitude quant au bouclage de cette parcours possiblement infini

Si ce tour se devait d'être infini on a seulement éfleuré le concept

On aurait donc abouti au pas grand chose

Or, chacun sait ou devrait savoir que le pas grand chose est pervers

Pour ne pas dire sournois

Vous voulez vous en saisir, il est insaisissable

Car le pas grand chose est relatif

Et la relativité on n'en sort pas

Posté par xiaobob à 16:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :